Portrait n° 20 : Max Bramerie

Dossier : Qui se cache derrière le nom de ton école ?

24 février 2013 à 17:59 par 

Voici notre vingtième portrait consacré à Max Bramerie. Ce portrait a été réalisé par les élèves et la documentaliste du collège Max Bramerie à La Force en Dordogne.

Portrait n° 20 : Max Bramerie

L’homme que tu vois sur cette photo, c’est Max Bramerie. (© Milan Presse)

Le portrait de Max Bramerie :

Je m'appelle

Max Bramerie. Je suis issu d'une famille pauvre et peu instruite : ma mère est couturière, mon père travaille dans une usine comme ouvrier.

Je suis né

Le 3 juin 1910 à Saint-Cyprien, un petit village de Dordogne situé non loin de Sarlat. Mon père admire Karl Marx, un penseur à l'origine du communisme, qui a pris la défense du monde ouvrier. Papa décide alors de m'appeler Marx, comme son maître. Mais, lorsqu'il se rend à la mairie le jour de ma naissance, l'officier d'état civil le persuade d'enlever le « r » et de m'appeler Max. « Ce sera plus facile à porter », lui dit-il.

Mon métier

Je deviens instituteur à l'âge de 19 ans. Ma première classe se trouve à La Force, une ville de Dordogne. Dans cette même ville, cette année-là, je rencontre Denise Delbos. Nous tombons amoureux. Devenus mari et femme, nous aurons deux enfants.

J'enseigne à La Force de 1929 à 1934. Quelques années plus tard, je deviens directeur de l'école primaire.

Mon activité préférée : apprendre

Malgré mes origines modestes, j'ai eu la chance de m'instruire. Aussi, une fois adulte, je veux, à mon tour, transmettre mes connaissances aux enfants dont j'ai la charge. Je sais que celui qui sait lire, écrire, compter et raisonner saura mieux diriger sa vie que celui qui n'est pas allé à l'école.

Ce que j'ai fait

J'ai encouragé le plus grand nombre d'élèves à ne pas abandonner l'école avant la fin de l'école primaire. Ce n'était pas gagné ! Au début du 20e siècle, beaucoup d'enfants étaient tentés d'arrêter les cours pour aller aider leurs parents à la ferme.

À une époque où les collèges n'existent pas, j'ai tenté de mettre en place deux classes qui ressemblent à nos 6es et à nos 5es actuelles.

J'ai participé à la construction de deux écoles, ainsi qu'à la Poste de La Force.

L'une de mes grandes fiertés est la création du Foyer rural, une association où chacun pouvait venir voir des films, applaudir des pièces de théâtre, participer à des voyages, assister à des conférences… La culture et les voyages nous en apprennent aussi beaucoup sur la vie et les hommes.

On retrouve mon nom 

Le collège de La Force, en Dordogne, porte mon nom.

Avec la participation de la bibliothèque municipale de La Force et de madame Guilmandie, fille de monsieur Max Bramerie.

Le quiz du jour :

Max Bramerie

Votre score est de :
%%PERCENTAGE%%

Vos réponses sont surlignés ci-dessous.
Question 1
Qui était le maître à penser du père de Max Bramerie ?
A
Maxime.
B
Maxence.
C
Marx.
Question 2
Où Max Bramerie enseignait-il ?
A
À La Force.
B
À Saint-Cyprien.
C
À Limoges.
Question 3
Qu'a construit Max Bramerie ?
A
Une église.
B
Un hôpital.
C
Des écoles.
Une fois terminé, cliquez sur le bouton ci-dessous. Tous les objets que vous n'avez pas complété seront marqués comme incorrect. Obtenir les résultats
Il y a 3 questions à compléter.
Liste
Retour
Les questions en gris sont complétées.
123Fin
Retour

Les derniers commentaires

s,y,k dans Qui a inventé la pub ?

"Nous aimons bien comment le vidéo est fait et nous..."

Articles les plus commentés des 30 derniers jours

Je m'abonne ! Feuilleter Découvrir Offre enseignants