Le Sénat planche sur le projet de loi qui prévoit la mise en place d’un service minimum en cas de grève dans les transports publics, d’ici fin 2008. Le droit de grève garantit, à tous les salariés, le droit de cesser le travail pour manifester un désaccord ou demander des améliorations de ces conditions de travail.
Et la plupart des Français reconnaissent l’importance du droit de grève. Mais en cas de grève, surtout dans les transports publics, impossible d’aller travailler le jour où il n’y a pas de métro, de train ou d’avion ! Le nouveau service minimum imposerait donc, par exemple, que quelques trains roulent en début et en fin de journée, en cas de grève.
Alors que le projet de loi sur le service minimum dans les transports publics n’est pas encore voté, le gouvernement affiche déjà sa volonté de le mettre en place dans d’autres services publics, comme l’Education nationale. Déjà en colère suite à la suppression de 10 000 à 17 000 postes de la rentrée, les syndicats d’enseignants n’apprécient pas la nouvelle idée du gouvernement pour l’école. Les profs pourraient bien se mettre en grève, et ce dès la rentrée.

Parlement : les 2 assemblées qui votent les lois, l’Assemblée nationale (qui regroupe les députés) et le Sénat (qui regroupe les sénateurs).
Syndicat : groupement d’enseignants qui veulent améliorer leurs conditions de travail et leurs salaires.
ACT1179156394902732815/05/2007