Les scrutins français de 2007 s’apprêtent à être marqués par une véritable révolution technologique. Adieu isoloir, enveloppe et bulletin papier. Le 22 avril, un à deux millions de Français ne trouveront dans leur bureau de vote ni bulletins ni enveloppes. Pour exprimer leur voix, ils presseront deux touches : la première pour choisir un candidat, la seconde pour confirmer leur choix.
Quelque 1200 machines équipent déjà plus de 800 bureaux de vote, un peu partout en France. Le dépouillement des bulletins de vote sera automatique, et les résultats du scrutin seront obtenus sans délai, dès la fin du vote. Le problème : c’est que ces machines à voter sont loin d’être infaillibles. Déjà, comme à Caen, la résistance s’organise. Des électeurs, par peur de la fraude, demandent à ce qu’on leur redonne des bulletins de vote papier.