Imagine. Un jour, plus d’électricité sur Terre. Plus de chaîne hi-fi, plus de mp3, plus de radios… Ça tombe mal, tu aimes encore la musique. L’orchestre, lui, sera toujours là, car il n’a besoin de rien sauf de musiciens, et de public. Pratique. En plus, en France, on forme les meilleurs musiciens du monde. Problème, côté public, ça ne suit pas vraiment. Pour changer la donne, l’orchestre  se fait de la pub jusqu’au 23 novembre. Cela s’appelle « orchestres en fête ». Pas moins de 229 manifestations sont organisées. L’idée : sortir de l’image ringarde qui colle parfois aux formations classiques. Exemple à Lille, où le chef organise des goûters musicaux. Toi, tu es assis sur scène, au cœur des musiciens, et tu dégustes des gaufres pendant que le chef te commente la répétition.. Et si tu ne vas pas à l’orchestre, c’est l’orchestre qui vient à toi. Comme à Bordeaux, où les musiciens ont décidé de se rendre dans un lieu peu ordinaire : Ikéa ! Si tu aimes les surprises, l’orchestre de Toulouse te propose de choisir, au dernier moment, les oeuvres que tu veux entendre, lors d’un concert « à la criée ».

Les Clés junior sont partenaires de cette manifestation. Certains d’entre vous ont d’ailleurs gagné des places pour assister à des concerts un peu partout en France. Si ce n’est pas ton cas, tente ta chance une prochaine fois !

Toutes les infos sur le site www.orchestreenfete.com

Romain Lecoinque