Velib : comme vélo-liberté. C’est le nom donné au nouveau système de transport parisien. Comment ça marche ? C’est très simple. Tu empruntes un vélo dans l’une des 750 stations installées dans les différents quartiers de la capitale et tu le gardes autant de temps que tu le souhaites. Tu pourras ensuite le déposer dans n’importe quelle autre station. La première demi-heure est gratuite. Ensuite, le tarif est de 1 euro pour la deuxième demi-heure, 2 euros pour la troisième, 3 euros pour la quatrième puis 4 euros par demi-heures supplémentaires.
Le seul impératif pour utiliser Vélib : être abonné. Des abonnements sont proposés à la journée, à la semaine, au mois ou à l’année. À partir de dimanche, 10 000 vélos seront ainsi disponibles à Paris. 10 000 autres s’y ajouteront d’ici à fin de l’année. Les premiers jours des agents seront présents à chaque station pour expliquer le fonctionnement de Vélib.
Plusieurs villes françaises ont déjà adopté ce système de transport. À Lyon, Montpellier ou Rennes les vélos en libre-service rencontrent un grand succès : c’est pratique, amusant et surtout écologique.