Pas de détection des comportements violents chez l’enfant ! C’est l’avis du Comité national d’éthique. Le Comité s’oppose à l’étude de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) qui établissait des liens entre les troubles de la conduite chez l’enfant et la future délinquance. Autrement dit, un enfant de 3 ans qui mordrait un petit camarade pourrait être plus tard, selon l’Institut, un délinquant. Une étude qui avait provoqué une forte mobilisation des spécialistes de la petite enfance. Leur crainte était que l’étude conduise à un « fichage des enfants violents ».
Et le Comité d’éthique leur donne raison ! « La médecine doit d’abord considérer l’enfant violent comme un enfant en souffrance et en danger, qu’il faut accompagner, et non pas comme un enfant éventuellement dangereux, dont il faudrait protéger la société… »

Comité national d’éthique : organisme ayant un rôle consultatif. Sa mission est de donner son avis sur les questions soulevées par les progrès de la connaissance dans les domaines de la biologie, de la médecine et de la santé.

Délinquant : personne ayant commis une infraction, c’est-à-dire une faute punie par la loi.