Pourquoi en parle-t-on ?

Parce que le fait d’expulser des étrangers et de fixer des quotas chaque année provoque beaucoup de réactions.

L'@ctu du jour :

Le gouvernement a le droit de forcer un étranger à quitter la France si il n’a pas de « papiers » en règle. Lorsque la police contrôle les papiers d’une personne, si elle n’en a pas ou s’ils ne sont pas en règle, elle peut l’arrêter et la reconduire dans son pays d’origine. C’est pour cela que l’on parle de « sans-papiers ».
Le gouvernement s’est fixé un nombre  d’étrangers à expulser chaque année, c’est pour cette raison qu’il parle de quota (voir mot du jour). En  2010, ce quota était de 30 000 personnes, il serait fixé à 35 000 en 2012.

C’est quoi, ces papiers ?

Chaque année, de nombreuses personnes quittent leur pays et viennent en France pour des raisons différentes : pour étudier, pour rejoindre leur famille, pour chercher du travail ou pour fuir la misère et la politique de leur gouvernement.
Pour avoir le droit de venir en France, il faut un visa. Pour y vivre et y travailler, il faut une carte de séjour ou une carte d’identité. Tous ces documents sont délivrés par le gouvernement français.

Qui sont les sans-papiers ?

Certaines personnes prennent le risque de venir en France sans visa, pour y chercher du travail et avoir de meilleures conditions de vie : ce sont des immigrés clandestins (voir dico du jour). Tu as peut-être vu à la télévision des images de Tunisiens et de Libyens clandestins, qui arrivaient en Italie, entassés sur des bateaux.
D’autres personnes possèdent des papiers en règle avec la loi (une carte de séjour), mais il arrive qu’ils ne soient pas renouvelés par le pays d’accueil, c’est-à-dire, qu’ils n'aient plus le droit de rester en France et d’y travailler ou d’y étudier. Par exemple, un étudiant étranger doit rentrer dans son pays dès qu’il a terminé ses études.

Pourquoi certaines personnes s’opposent-elles à ces expulsions ?

Parce qu’elles pensent qu’il faut décider « au cas par cas ». Qu’il faut juger en fonction de la situation de chaque étranger, s’il a le droit ou pas de rester en France. Au lieu de fixer des quotas, un nombre d’expulsions pour l’année.
Par ailleurs, des associations ont été créées pour empêcher ces expulsions. Tu as peut-être entendu parler, ou vu à ton école, du Réseau éducation sans frontières (RESF) ? Cette association agit pour que les enfants étrangers inscrits à l’école, en France, ne soient pas renvoyés de force dans leur pays. Cette association œuvre pour délivrer automatiquement des cartes de séjour aux enfants qui sont scolarisés, ainsi qu’à leur famille.

Le dico du jour :

Un immigré, c’est une personne qui est venue s’installer dans un pays étranger.
Un immigré clandestin, c'est une personne qui est venue dans un pays sans en avoir l'autorisation.
L’immigration, c’est l’entrée dans un pays de personnes étrangères (des immigrés) qui viennent s’y installer pour trouver du travail, pour suivre des études ou pour y trouver une meilleure qualité de vie.

Le quiz du jour :

1 – Comment s’appelle l’association qui s’oppose aux expulsions d’enfants sans papiers dans les écoles ?

–       Réseau éducation sans frontières.
–       Réseau sans frontières d’éducation.
–       Éducation et réseau sans frontières.

2 – Combien d’étrangers ont été expulsés de France en 2011 ?

–       32 922.
–       39 222.
–       32 292.

3 – Quel papier un étranger doit-il avoir sur lui quand il vit et travaille en France ?

–       Une carte de séjour.
–       Une carte verte.
–       Un visa.