Un rapport de l’Institut National des Hautes Etudes de Sécurité (INHES) montre que la police est de moins en moins appréciée par la population de Seine-Saint-Denis, ce qui provoquerait une augmentation de la violence.
D’après cette étude, il y a de plus en plus de délinquance dans ce département, surtout chez les plus jeunes. Les policiers s’occuperaient trop de la lutte contre les trafics de drogue et les immigrés clandestins, et pas assez des problèmes de violence.
La Police Nationale aurait aussi une image « trop agressive ». Les habitants des quartiers de Montfermeil ou Clichy-sous-Bois (où avaient commencé les émeutes de banlieues en 2005) dénoncent une « attitude irrespectueuse » des forces de l’ordre.
Les causes de cette situation seraient la disparition de nombreuses associations de quartier et des policiers plus formés à punir qu’à prévenir.
Selon les auteurs de l’étude, il faudrait que la police se rapproche des gens pour que chacun apprenne à se comprendre, à se respecter. L’accueil dans les commissariats devrait aussi être amélioré.