Xavier Darcos, le ministre de l’Éducation nationale, explique qu’il y a près d’un million d’enseignants en France : la suppression de 10000 postes d’enseignants ne va pas, selon lui, baisser la qualité de l’enseignement en général. Il s’agit juste, précise le ministre, de ne pas remplacer une partie des profs qui partent à la retraite.
Les syndicats d’enseignants sont d’un tout autre avis : pour eux, supprimer 10000 postes d’enseignants est inacceptable. Car le nombre d’élèves devrait augmenter lors des prochaines années. Il faut donc, au contraire, plus de profs. Certains songent même à une grève de protestation dès les premiers jours de septembre. Prudent, le ministre de l’Éducation nationale a affirmé que le nombre de postes supprimés pouvait changer. Les syndicats enseignants vont donc tenter de le faire baisser le plus possible.

Syndicat : groupement de personnes qui ont la même activité et veulent améliorer leurs conditions de travail, leurs salaires.