Le portrait d’Albert Camus

Je suis né 

Le 7 novembre 1913. Cette année, on fêtera les 100 ans de ma naissance. À cette occasion, plusieurs expositions et évènements sont organisés.

Je m’appelle

Albert Camus. Mon père, Lucien Camus était ouvrier agricole. Il est mort pendant la Première Guerre mondiale, lorsque j’avais 1 an. Ma mère, Catherine Sintes, était servante. Elle était d’origine espagnole. J’ai grandi à Alger, en Algérie. À cette époque-là, l’Algérie était une colonie française. J’ai obtenu mon baccalauréat en 1932, et j’ai suivi des études de philosophie.

Mon métier 

J’ai débuté ma carrière en tant que journaliste. D’abord en Algérie, où j’écrivais pour le journal « Alger Républicain », puis à Paris pour « Paris-Soir ». À mon arrivée à Paris, en 1940, j’ai commencé à écrire des livres. En 1942, « L’étranger » a connu un immense succès et m’a fait connaître. J’ai également écrit des pièces de théâtre, « Le Malentendu » et « Caligula ».

Ma passion 

On ne le sait pas beaucoup, mais je suis un grand amateur de foot. Mon poste préféré était gardien de but. Pour moi, ce sport est une école de la vie : il nous apprend beaucoup de choses. Un jour, j’ai dit : « Tout ce que je sais de la morale, c’est au football que je le dois.» Sur le terrain, j’ai appris par exemple que le ballon n’arrive jamais par où on croit qu’il va arriver. Et cela peut servir dans la vie de tous les jours ! De plus, ce sport m’a appris à perdre et à gagner. J’y ai appris la solidarité, tout comme au théâtre, ma deuxième passion… « Une scène de théâtre est un des lieux du monde où je suis heureux », ai-je aussi déclaré.

Ce que j’ai fait 

Je suis également connu pour mes combats politiques. J’adhère d’abord aux idées du parti communiste, puis pendant la Seconde Guerre mondiale, je me bats aux côtés de la Résistance. Avec un groupe de résistants, je participe au réseau Combat pour le renseignement et la presse clandestine, qui deviendra par la suite un journal. Je me suis également battu aux côtés des résistants espagnols contre le fascisme. Plus tard, je m’oppose à la colonisation française en Algérie. Avec cette prise de position contre l’état français, je me suis fait de nombreux ennemis !

Mon livre 

Mon livre le plus connu est « L’étranger ». En 1999, il a été élu « meilleur livre du XXe siècle ». Un autre de mes succès est « La Peste » publié en 1947. En 1957, j’ai obtenu le prix Nobel de littérature, la récompense la plus prestigieuse pour un écrivain. Je meurs 3 ans plus tard dans un accident de voiture.

Mon nom est inscrit

Sur 160 établissements scolaires en France.

Le quiz du jour :

Dans le cadre de cette série, retrouve les portraits de :

> Jules Ferry
> Louise Michel
> Jean Jaurès
> Lucie Aubrac
> Julie-Victoire Daubié
> Claude Debussy
> Georges Brassens
> George Sand
> Victor Hugo
> Simone Veil
> Marie Curie
> Le Corbusier
> Emile Zola
> Louis Pasteur
> Henri Matisse
> Voltaire
> Jacques Prévert
> Henri IV