Pourquoi en parle-t-on ?

Parce que les militaires du Mali ont annoncé, dans la nuit du 21 au 22 mars 2012, un coup d’État contre le régime du président Amadou Toumani Touré. C’est-à-dire qu’ils ont chassé le président du pouvoir, pour gouverner à sa place.

L'@ctu du jour :

Quelle est l’origine du conflit au Mali ?

En 1960, il y a plus de cinquante ans, le Mali est devenu indépendant. Les chefs d’État d’Algérie et du Mali – deux pays frontaliers – se sont mis d’accord sur le découpage du territoire : de nouvelles frontières ont été tracées. Mais le nord du Mali est un vaste désert, plus grand que la France, où cohabitent plusieurs peuples.

La carte du Mali avec la zone revendiquée par les Touaregs et leur mouvement le MLNA. © Camille Brunier

La carte du Mali avec la zone revendiquée par les Touaregs et leur mouvement le MLNA. © Camille Brunier


Les Touaregs, surnommés les « hommes bleus » en raison du turban bleu qu’ils portent enroulé autour de leur tête – en font partie. Ces derniers veulent que leur région, située au nord du Mali, devienne un État (un pays à part).
Depuis cinquante ans, les Touaregs mènent des révoltes contre l’État et contre ses militaires. Mais jusqu’à présent, ces révoltes avaient toujours été réprimées – parfois violemment – par le gouvernement.

Pourquoi les militaires ont-ils pris le pouvoir ?

Les militaires ont décidé de prendre le pouvoir parce qu’ils n’étaient plus d’accord avec la politique menée par le président malien, Amadou Toumani Touré. Ils l’accusaient d’être incapable de gérer la crise au nord du pays et de ne pas donner assez de moyens, à l’armée, pour lutter contre les Touaregs.
Le président souhaitait privilégier le dialogue ; il était intervenu à la télévision malienne, le 1er février, pour tenter d'apaiser son peuple.
Le coup d’État met fin à la démocratie, au Mali. C’est pourquoi une grande partie de la population regrette que les militaires aient pris le pouvoir. Une nouvelle élection présidentielle devait avoir lieu le 29 avril, et le président Amadou Toumani Touré avait déjà annoncé son intention de ne pas se présenter à cette élection

Que se passe-t-il depuis ce coup d’État ?

Les militaires font toujours face à la rébellion des Touaregs. Mais, malgré le coup d’État, l’armée dispose toujours de peu de moyens militaires. Tandis que, de leur côté, les Touaregs ont reçu le soutien armé de soldats qui s’étaient engagés dans l’armée du dictateur libyen Kadhafi.
Dans le nord du pays, les Touaregs contrôlent les trois plus grandes villes, dont Tombouctou. Ce conflit effraie beaucoup les populations du nord du Mali, qui ne se sentent plus en sécurité. 200 000 personnes ont déjà fui les lieux pour se réfugier ailleurs, dans le pays ou dans les pays voisins.

Quel rôle joue la religion dans ce conflit ?

Des groupes islamistes se sont implantés au nord du Mali, depuis quelques années. Ces groupes souhaitent que la charia (voir dico du jour) soit instaurée au Mali. Dans le pays, 90 % des Maliens sont de religion musulmane. On craint que les Touaregs soient influencés par ces groupes islamistes.

Quelles sont les réactions des autres pays ?

La plupart des pays, dont la France, les États-Unis, mais aussi beaucoup d’États africains, comme la Côte d’Ivoire, ont condamné le coup d’État. Ils ont demandé aux militaires de restaurer la démocratie. Ces derniers ont promis de nouvelles élections et le retour de la démocratie, mais ils n’ont pas encore prévu de date.

Le dico du jour :

Le mot démocratie vient des mots grecs « dêmos » (peuple), et « kratos » (pouvoir). La démocratie, c’est donc le pouvoir du peuple. Cette forme de gouvernement s’oppose à la monarchie ou à la dictature, où une personne (le roi ou le dictateur) décide de tout sans se soucier de l’avis du peuple. En démocratie, le peuple vote pour choisir la personne qui dirigera son pays.
La charia qui veut dire la « voie à suivre » est la loi islamique. Ces lois proviennent du Coran, le livre sacré des musulmans. Elles consistent en une série de règles qui s’appliquent à tous les domaines de la vie. La plupart des pays arabes ont dans leurs constitutions les principes de la charia. C’est son interprétation et la manière de l’appliquer qui varient d’un pays à un autre.

Le quiz du jour :

[EM]ATU002##60##VGT_ATU002_60/VGT_ATU002_60B.jpg##Le quiz 1jour1actu####0##Lancer la démo##0##0[/EM]