Clara Rojas et Consuelo Gonzalez étaient détenues en otage par les Farc (un groupe terroriste colombien) depuis 6 ans pour la première et 7 ans pour la seconde. Ces deux femmes politiques avaient été enlevées car elles luttaient contre les Farc et le trafic de drogue (trafic pratiqué par le groupe terroriste), tout comme Ingrid Bétancourt.
Cette libération donne des raisons d’espérer la libération d’Ingrid Bétancourt, 
cette Franco-colombienne, retenue en otage par les Farc depuis février 2002.
Mais, il ne faut pas se réjouir trop vite.
Les Farcs fonctionnent au chantage. Ils libèrent certains détenus en échange d’argent ou de la libération de leurs membres emprisonnés par le gouvernement colombien. Ainsi, ils peuvent poursuivre leurs actions terroristes.
Face à cette situation, les gouvernements ne savent quelle attitude adopté : négocier ou être ferme. Aucune des deux ne semble porter ses fruits.