Le mot du jour :

Une épidémie, c'est une maladie contagieuse que beaucoup de personnes attrappent en même temps.

—–

L'@ctu du jour :

Depuis un mois, une épidémie de choléra frappe Haïti, le pays le plus pauvre du continent américain.

Cette épidémie survient juste après le tremblement de terre qui a eu lieu le 12 janvier et qui a ravagé le pays. Plus d'un million de survivants se sont retrouvés sans logement. Faute de reconstruction, ces rescapés vivent dans des bidonvilles : des villages de tentes, sans eau potable, ni électricité.

C'est principalement à cause de ce manque d'hygiène que le choléra est apparu. La bactérie (microbe) qui est à l'origine de cette infection se développe très vite dans les eaux sales. L'eau potable n'existant pas, les gens se lavent, boivent ou nettoient leurs légumes dans ces eaux infectées. Ils attrapent ainsi le choléra qui provoque des diarrhées très fortes.

Pour éviter que la maladie ne se propage, le gouvernement a demandé aux habitants de se laver les mains avec les réserves d'eau potable qu'ils ont à disposition et de ne pas se baigner dans les rivières. Il leur a également demandé de faire bouillir les aliments qu'ils dating advice consommaient, car l'eau bouillante tue les bactéries.

Des camps de réfugiés et des centres de traitement – mis en place par des organismes humanitaires – ont également été installés tout autour de Port-au-Prince, la capitale haïtienne, où de l'eau potable, des médicaments et des soins sont donnés.

Mais surtout, comme le disent si bien les haïtiens, en créole (leur langue), Haïti est « toujou debou » ! Et ça, c'est grâce à la force et au courage de ce peuple.

—–

La question du jour :

Que s'est-il passé le 12 janvier en Haïti ?

– Un tremblement de terre

– Une éruption volcanique

– Un tsunami

—–

D'autres articles sur Haïti :

Le 12 janvier, un tremblement de terre ravageait Haïti.

Quatre mois après le séisme, l’heure était à la reconstruction.