Il aura fallu cinq jours aux sauveteurs pour accéder aux villes les plus touchées par le cyclone Sidr, qui a frappé le Bangladesh  la semaine dernière. Une fois les routes principales dégagées et l’électricité rétablie, les secours ont commencé à distribuer de la nourriture, des vêtements et des médicaments aux rescapés. Mais l’aide n’est pas suffisante par rapport à l’étendue des dégâts. Certaines personnes n’ont pas mangé depuis plusieurs jours et ne disposent toujours pas d’un toit car le cyclone a détruit des milliers d’habitations. Aujourd’hui, plus de quatre millions de personnes sont sans abri dans le sud du pays. Les responsables de l’aide humanitaire alertent aussi la population sur le risque d’épidémies qui pourraient se propager rapidement en raison du manque d’eau potable et de nourriture. Le Bangladesh, qui est l’un des pays les plus pauvres du monde, n’avait pas connu une telle situation depuis 1991.

Tiphanie Truffaut