L’Australie, la plus grande île du monde, s’étend sur un territoire onze fois plus grand que celui de la France. Les océans qui l’entourent appartiennent à l’Autorité internationale des fonds marins. Mais, depuis Lundi, 2,5 millions de km2 de mer, soit cinq fois la superficie de la France, appartiennent à l’Australie.
L’accord a été signé avec les Nations unies, à la demande de l’Australie. Le ministre des Ressources, Martin Ferguson, espère que ces nouveaux territoires sous-marins renfermeront des réserves de pétrole et de gaz naturel. Il a précisé que ces endroits n’avaient « pas vraiment été explorés » et pense que c’est une chance. L’Australie ne possède que de faibles réserves de pétrole et aimerait s’approvisionner pour l’avenir, en explorant les fonds sous-marins.
Les frontières de l’Australie vont s’étendre à l’est, à l’ouest et au sud, se rapprochant ainsi de l’Antarctique. Cependant, aucune recherche n’aura lieu dans les eaux trop proches du continent glacé. Le ministre australien a déclaré qu’il avait toujours respecté le traité de l’Antarctique, qui protège ce territoire, sa faune et sa flore.


Autorité internationale des fonds marins : elle gère les eaux qui n’appartiennent à aucun État et agit pour le compte du monde entier.


Nations unies : organisation internationale regroupant la plupart des pays du monde.

S’approvisionner : se munir de réserves.

Mathilde Macé