On savait que l’Amazone, l’un des plus longs fleuves du monde, juste après le Nil, en Égypte, prenait sa source au Pérou. Depuis le 17e siècle on estimait qu’il prenait sa source dans les glaciers des Andes. On croyait même qu’un Français, Michel Perrin, en avait découvert la source, en 1953, au sommet du nevado Huacra, un glacier à 5238 m.
Mais, en 1971, une expédition américaine dirigée par Moren McIntyre avait localisé la source du géant qui traverse le Pérou et le Brésil et irrigue l’immense forêt tropicale d’Amérique du Sud, au sommet du nevado Musmi, dans la Cordillière des Andes. Il y a 2 ans, un mathématicien entreprend de démontrer l’origine exacte, avec 1 à 5 mètres de marge d’erreur, du fleuve Amazone, grâce au système GPS. Il s’agit d’un système de guidage par satellite qui permet à une personne ou à un objet de déterminer très précisément sa position.
Et, en décembre 2000, Andrew Pietowski confirme que la source de l’Amazone est située sur les pentes du glacier Musmi qui culmine à 5556 m d’altitude. Ainsi l’un des innombrables mystères que nous cache encore la nature vient d’être levé. Amazone pour les Péruviens, Solimoes pour les Brésiliens le géant, long de 7025 km, large à certains endroits de 10 km, ce qui en fait le fleuve le plus large du monde, doit son nom aux indiens qui l’ont baptisé Apurimac Ucayali, fleuve des Amazones.