Des secousses lentes et très difficiles à repérer s’étaleraient plusieurs jours, voire plusieurs semaines avant les plus violent séismes. C’est ce qu’affirme une équipe de chercheurs américains et japonais.
Ces signes qui annoncent les tremblements de terre les plus violents ne sont détectables que par des spécialistes, avec des outils bien particuliers. Mais selon certains sismologues, ces secousses se produiraient de manière régulière pendant toute l’année, et n’annonceraient pas forcément un séisme à chaque fois.
L’équipe de chercheurs a tout de même insisté sur leur découverte. Ils pensent que l’écoute des secousses permettrait de prévenir les populations que le risque de violent séisme est plus fort.