Voitures et vitrines incendiées, tirs de grenades lacrymogènes, les manifestations qui ont suivi la mort d’Alexandros Grigoropoulos ressemblaient à des batailles rangées entre jeunes et policiers. La mort de cet ado de 15 ans, tué lors d’une manifestation par des policiers samedi soir, a déclenché la colère des jeunes du pays dans les grandes villes comme Athènes ou Salonique, mais aussi dans certaines îles  comme Corfou ou Samos. Ces derniers s’en prennent aux policiers, mais visent aussi le gouvernement de Costas Caramanlis, déjà mis à mal par de nombreux scandales. Les profs d’université, ont de leur côté, lancé une grève de 3 jours.  Les partis  de gauche, opposés à l’ actuel gouvernement appellent à manifester aujourd’hui. Ces événements  ont lieu alors que la Grèce est touchée par la crise et que de nombreux jeunes sont démoralisés, car la plupart sont au chômage.