L’union africaine (UA) a été fondée en 2002 sur le modèle de l’Union européenne. Elle regroupe l’ensemble des pays africains qui, unis, espèrent être plus forts. L’UA s’est ainsi donnée pour mission de développer les pays africains, de protéger les droits de l’homme et la démocratie. Ses membres se réunissent une fois par an pour définir un programme. Cette année, ils veulent ainsi évoquer la recherche scientifique en Afrique et les problèmes liés au réchauffement du climat.
Il s’agit aussi de désigner une présidence, c’est-à-dire un pays qui, pour un an, sera charge de mettre en œuvre le programme de l’UA. Or, c’est là que ça coince : certains pays s’opposent à la candidature du Soudan. Car les dirigeants de ce pays sont considérés comme responsables de la guerre dans la région du Darfour. L’an dernier, déjà, la présidence de l’UA devrait revenir au Soudan. Mais elle avait été confiée au dernier moment au Congo… et promise au Soudan pour 2007. Cette question de la présidence risque sans doute de dominer les discussions. Et de mettre entre parenthèse des questions bien plus importantes pour le développement de l’Afrique.