Le 31 décembre, un attentat à la bombe a tué 2 personnes et blessé 19 autres à l’aéroport de Madrid, la capitale de l’Espagne. Or, des membres de l’ETA ont annoncé être les organisateurs de cet attentat. Ils ont ainsi rompu leur promesse de renoncer à la violence.
Le gouvernement espagnol a réagi en mettant fin à toutes les discussions de paix avec les dirigeants de l’ETA. C’est un grave échec pour José Luis Rodriguez Zapatero, le chef du gouvernement. Car il avait annoncé que la fin des attentats était l’une de ses principales missions.
L’ETA continue de réclamer que la région Basque, qui couvre une partie de l’Espagne et de la France, devienne un État indépendant. Cette demande est inacceptable pour les États espagnol et français, d’autant plus qu’elle est accompagnée de violences. Depuis sa création, l’ETA a ainsi tué plus de 800 personnes dans des attentats.