Pourquoi en parle-t-on ?

Parce que samedi, le Stade Toulousain en battant Toulon en finale du Top 14 est devenu pour la 19e fois champion de France. Il a remporté son 19ebouclier de Brennus !

L@ctu du jour :

Pour te donner une petite idée de ce qui a changé dans le rugby, regarde le début de ces deux séquences vidéo. La première montre la finale Toulouse-Toulon en 1989, avec Albert Cigagna qui était le capitaine toulousain :

La seconde, la finale de cette année :

Tu as sûrement constaté que les joueurs de 1989 étaient plus minces que ceux d’aujourd’hui ! C’est donc le moment de te donner quelques trucs pour comprendre pourquoi les joueurs d'aujourd’hui sont aussi rapides et puissants.

De lamateur au professionnel

Pour Jean-Claude Skrela, ancien joueur et directeur technique national de la Fédération française de rugby (FFR), le plus gros changement dans le rugby, c’est la professionnalisation des joueurs. Depuis 1995, être joueur de rugby est devenu un métier. Les joueurs professionnels sont payés. Avant, les joueurs internationaux conservaient leur métier et jouaient au rugby pour leur plaisir. Par exemple, Albert Cigagna, cet ancien joueur du Stade Toulousain qui a participé à la finale de 1989, était instituteur !

Un entraînement de plus en plus intensif

En devenant professionnel, les joueurs de rugby ont pu se consacrer totalement à leur sport. Aujourd’hui, ils s’entraînent deux fois par jour. La musculation et la course de vitesse sont aussi au programme. Alors que Jean-Claude Skrela jure n’avoir jamais mis les pieds dans une salle de musculation. « Les joueurs sont donc plus costauds, plus grands et plus rapides ! » explique-t-il.

Une meilleure récupération

Quand il était joueur, Jean-Claude Skrela n’a jamais mis ses jambes « dans des containers deau et de glace » pour récupérer. Une pratique pourtant très courante aujourd’hui et conseillée par les médecins qui suivent les joueurs au quotidien.

De nouvelles règles

Comme les joueurs sont plus costauds, plus rapides et qu’ils récupèrent mieux, l’organisation internationale de rugby a mis en place des nouvelles règles pour rendre le jeu plus spectaculaire. Par exemple, lors d’une pénalité, si le joueur décide d’envoyer le ballon en touche, c’est son équipe qui récupère le ballon. Cela permet des actions plus rapides et facilite les essais.

Plus de temps de jeu

Avec ces nouvelles règles, les arbitres sifflent moins souvent. Les phases de jeu ou d’action sont donc plus longues. « Lors de la finale, certaines actions ont duré 2 minutes 30 alors quelles ne dépassaient pas les 40 secondes, il y a 20 ans », précise Jean‑Claude Skrela.

Une défense de choc et moins de prises de risque !

Pour Albert Cigagna : « On a beaucoup travaillé la défense ces dix dernières années.» Elle est aujourd’hui « hyper organisée ». Cela influence beaucoup le style de jeu. La défense est tellement forte qu’il est devenu plus difficile pour un joueur de marquer un essai. Cela demande de prendre des risques en attaque et bien souvent les joueurs n‘osent pas ou n’ont plus assez d’énergie pour le faire ! De plus, « ils jouent pour ne pas perdre, et moins pour gagner et marquer des essais !», précise l’ancien capitaine du Stade Toulousain.
Pour Jean-Claude Skrela, cette peur de prendre des risques est très française. « Lors du dernier match NouvelleZélande-Irlande, il pleuvait des cordes et il y a eu 6 essais. » Il pense que la France a perdu son côté bagarreur et offensif. « Mais ça reviendra, cest sûr ! » ajoute-t-il avec optimisme.

Le quiz du jour :

[EM]ATU003##24##VGT_ATU003_24/VGT_ATU003_24B.jpg##Le quiz 1jour1actu####0##Lancer la démo##0##0[/EM]