Reine du tennis mondial en 2002 et 2003, l’Américaine Serena Williams avait connu ensuite une étonnante suite d’échecs pour plonger dans les profondeurs du classement des meilleures joueuses. Elle était ainsi arrivée à ces internationaux d’Australie avec une place de 80e.Régulièrement blessée, la joueuse n’avait plus le moral et semblait plus intéressée par ses (petits) rôles dans les feuilletons américains que par le tennis. Ce week-end, elle est redevenue la championne que ses adversaires redoutaient en écrasant en finale la Russe Maria Sharapova, 6-1 6-2.
Aucune baisse de régime en revanche pour Roger Federer qui a remporté son 10e titre dans un tournoi du Grand Chelem. Il a surclassé l’inattendu Chilien, Fernando Gonzalez, 7-6, 6-4, 6-4. Le n°1 mondial n’a pas perdu un seul set au cours des 7 matchs disputés au cours de ces Internationaux d’Australie. Désormais, tout le monde l’attend en France lors du tournoi de Roland-Garros, le seul tournoi du Grand Chelem qui manque à son extraordinaire palmarès.