Il était le favori de cette 95e édition du Tour de France. Tu avais peut-être admiré son style. Quand Riccardo Ricco se dressait sur son vélo, à la manière d’un cobra, il avalait les kilomètres. Hélas, ses performances n’étaient pas naturelles. Le grimpeur a été contrôlé positif à l’EPO, une substance qui permet de mieux oxygéner les muscles et donc d’améliorer ses capacités physiques. Il risque une peine de prison et de fortes amendes.
C’est un nouveau coup dur pour le Tour de France. Le coureur italien de 24 ans est le troisième cas de dopage identifié sur le tour. Il pensait sûrement échapper aux contrôles. La molécule qu’il avait choisie était toute récente. Elle était supposée être invisible aux dépistages. Mais, aujourd’hui, « les gendarmes du dopage » sont aussi rapides que les tricheurs. L’Agence française de lutte contre le dopage veille et multiplie les contrôles. Pour qu’un jour, ce grand rendez-vous du vélo, soit totalement propre.

Séverine Clochard