1jour1actu.com

Tous contre le moustique tigre !

Une femelle moustique-tigre femelle en train de piquer pour aspirer du sang nécessaire à ses œufs. (© CDC / BSIP / AFP photo.)

1jour1actu : Pourquoi le moustique-tigre fait-il autant parler de lui ?

Isabelle Estève-Moussion : D'abord parce qu'il est un nouveau venu en France. À l'origine, c'est un moustique vivant dans les forêts tropicales d'Asie. Il est arrivé en Europe, niché dans des bateaux et des camions, allant de pays en pays. Chaque année, il étend son territoire. On le trouve aujourd'hui dans 42 départements.

1jour1actu : Et en quoi est-ce un problème ?

Isabelle Estève-Moussion : Les autres moustiques piquent, mais ça s'arrête là. Lui peut transmettre des maladies tropicales, comme la dengue ou le chikungunya. S'il pique une personne malade de retour d'une zone tropicale, il pourra ensuite transmettre la maladie à une personne non-malade, par simple piqûre.

1jour1actu : Et peut-on mourir de ces maladies ?

Isabelle Estève-Moussion : Ce sont des maladies qui se soignent le plus souvent à la maison, mais il peut parfois y avoir des cas graves. Elles fatiguent beaucoup, et il n'y a aucun médicament ni vaccin pour y mettre fin. On peut juste soulager certains effets pénibles.

1jour1actu : Ce moustique peu fréquentable, comment peut-on alors s'en débarrasser ?

Isabelle Estève-Moussion : Il est impossible de le faire disparaître une fois qu'il s'est établi dans une région. Par contre, on peut limiter son développement.

1jour1actu : Et comment ?

Isabelle Estève-Moussion : En s'attaquant aux larves, car c'est le « maillon faible ». Les larves, elles, sont visibles et peuvent être facilement détruites. Comme le moustique-tigre femelle pond toujours dans de l'eau, la première chose à faire est de vider tous les sous-pots, coupelles et autres vases pouvant en contenir. Sans eau, les larves meurent.

Précision : une piscine ne l'intéresse pas. Elle recherche de toutes petites réserves d'eau, comme par exemple une coquille d'escargot.

1jour1actu : Tout vider ? Mais on va forcément oublier un récipient…

Isabelle Estève-Moussion : Je conseille de faire une liste de tout ce qui, à la maison et dans le jardin, peut contenir un peu d'eau stagnante. Un pot de fleurs coupées, la gamelle du chat… On met cette liste sur le frigo, et une à deux fois par semaine, on vide tous les récipients, les uns après les autres, méthodiquement, surtout après une pluie.

1jour1actu : Certaines personnes mettent des nichoirs à chauve-souris…

Isabelle Estève-Moussion : La chauve-souris est une grande mangeuse d'insectes, c'est vrai, mais elle vit la nuit. Or le moustique-tigre pique le jour. Donc je conseille plutôt d'attirer des oiseaux insectivores (mangeurs d'insectes). Par exemple les mésanges, les hirondelles.

1jour1actu : Et si certains œufs échappent à notre vigilance, peut-on espérer que le froid de l'hiver en vienne à bout ? Ou la sécheresse ?

Isabelle Estève-Moussion : Eh non ! Car, autre caractéristique de ce moustique, il est très résistant. Les œufs supportent le froid, et même le manque d'eau : ils sont capables de survivre 6 mois en attendant un arrosage providentiel.

1jour1actu : Avez-vous un autre conseil à donner à nos lecteurs ?

Isabelle Estève-Moussion : Oui, pour moins se faire piquer, il faut se couvrir de vêtements plutôt longs et clairs. Par ailleurs, si on voit un moustique-tigre dans un département où il n'est pas encore répertorié, il faut le prendre en photo et le signaler sur le site « Signalement moustique« . Car il est important de suivre son développement. N'oublions pas que ce n'est pas un moustique comme les autres.