Un travail d’écriture et de dessin

D’abord, il faut trouver une idée, une histoire et des personnages. C’est la phase d’écriture. Elle finit quand le scénario est prêt, avec toutes les scènes détaillées.

Vient ensuite le dessin : les décors, les objets, etc. Pour chaque personnage, on crée même des model sheets. Derrière ces mots anglais se cache une série de croquis montrant le héros sous tous les plans : de face, de dos, de profil, de trois-quarts, etc.

Le story-board, enfin, transforme le scénario écrit en dessins. Avec ses vignettes qui se suivent, le story-board ressemble à une BD… mais sans bulles ! Il ne manque plus qu’à créer l’animation pour que tout se mette à bouger comme par magie. Et il y a de quoi faire pour une équipe entière.

Comment ça marche, l’animation ?

Pour créer l’illusion du mouvement, il faut faire défiler les images très rapidement : vingt-quatre en une seconde ! Plus il y a de dessins différents, plus le déplacement est naturel. Aujourd’hui, la majorité des illustrations sont faites sur ordinateur. C’est bien plus rapide qu’à la main.

Mais il n’y a pas que les dessins qu’on peut animer. Grâce à une technique proche de la photographie, papiers découpés ou pâte à modeler prennent vie… C’est l’animation en trois dimensions.

Il existe aussi des moyens très sophistiqués comme la capture optique de mouvement, ou motion capture. Ici, les gestes humains sont enregistrés et appliqués au dessin virtuellement.

Faire un dessin animé, ça s’apprend

En France, on trouve des écoles spécialisées. Tout est possible quand on est passionné !

Camille Laurans