Apollo 11

Une copie grandeur nature du module lunaire Apollo 11 sera présentée à partir du 21 juillet et jusqu’à la fin 2020 dans les jardins de la Cité de l’espace à l’occasion de l’Apollo Day : une grande opération pour les 50 ans des premiers pas d’un astronaute sur la Lune (© Nasa)


Tout l’été, tu peux visiter l’exposition « Lune, Épisode 2  » à la Cité de l’espace, à Toulouse. Embarquement immédiat en compagnie d’Aude Lesty et Serge Gracieux, qui ont imaginé l’exposition…

La Lune : un territoire à conquérir…

« Dans les années 1960, aller sur la Lune, c’était une compétition pour conquérir un territoire vierge… », explique Serge Gracieux devant un gigantesque portrait du président américain de l’époque, John F. Kennedy.
C’est lui qui, en 1961, décide de tout mettre en œuvre pour lancer le programme spatial Apollo de la NASA. Cette série de dix-sept missions avait un but : être les premiers à aller sur la Lune !
Ainsi, le 21 juillet 1969, lors de la onzième mission Apollo, les astronautes américains Neil Armstrong et Buzz Aldrin y posent le pied.
 

Apollo 11

À la Cité de l’espace, tu peux découvrir une reproduction du poste de pilotage du module lunaire d’Apollo 11, qui s’est posé sur la Lune. Il a la taille de la cabine d’un camion. Armstrong et Aldrin s’y tenaient debout. À leurs pieds, une trappe d’1 mètre carré environ : c’est par là qu’ils se sont faufilés, équipés de leur scaphandre, pour descendre une petite échelle jusqu’au sol lunaire… (© Cité de l’espace)


 
Le lecteur audio ci-dessous te permet d’entendre la célèbre phrase en anglais qu’a prononcée Neil Armstrong en posant le pied sur la Lune : « C’est un petit pas pour un homme, mais c’est un bond de géant pour l’humanité. »

La Lune : et si on y retournait ?

En tout, douze hommes ont posé le pied sur la Lune. Et de nombreuses expériences y ont été menées pour mieux comprendre cet astre. « En 1969, on suivait ce qu’il se passait dans l’espace comme un feuilleton, comme une série à suspense, rappelle Serge Gracieux. Puis, d’un coup, une fois qu’un homme y avait posé le pied, tout cet intérêt est retombé… »
Pourtant, début janvier, une sonde chinoise s’est posée sur la face cachée et méconnue de notre satellite naturel.
Aujourd’hui, en effet, les agences spatiales du monde entier s’intéressent de nouveau à la Lune, pour savoir s’il serait possible d’y séjourner longtemps. Pour les scientifiques, réussir ce nouvel exploit permettrait d’imaginer vivre sur Mars un jour !

La Lune : un environnement hostile

Mais il ne faut pourtant pas oublier que la Lune n’est pas un paradis pour les humains : « Sur la Lune, il n’y a pas d’air, l’écart entre les températures est extrêmement important… Et la poussière lunaire, elle, contient des particules tranchantes comme des diamants, très dangereuses pour le matériel, comme les scaphandres », explique Aude Lesty.

La Lune : comment y vivre ?

L’exposition de la Cité de l’espace propose de déambuler au cœur d’un village lunaire imaginaire. Car les scientifiques du monde entier ont commencé à trouver des solutions pour, un jour, pouvoir vivre sur la Lune ! Sous trois dômes, le visiteur peut découvrir ces découvertes scientifiques.
Ainsi, on apprend que le pôle Sud de la Lune est toujours ensoleillé : les scientifiques imaginent que c’est là qu’ils pourront installer des panneaux solaires pour alimenter en énergie un village lunaire.
 


 
« Ici, on rêve scientifiquement », conclut Serge Gracieux : les visiteurs peuvent également partir en excursion à l’intérieur d’un véhicule tout-terrain, sur ce territoire que l’on voit pourtant depuis la Terre, chaque nuit… Mais la Lune n’a pas fini de fasciner les humains !
 
Merci à Aude Lesty, responsable du service muséographie, et à Serge Gracieux, responsable « Patrimoine et expertise spatiale », de la Cité de l’espace à Toulouse. L’exposition Lune, Episode 2 est visible jusqu’à l’automne 2020.